Étiquette : Gilets Jaunes

Gilets jaunes: quand les démocrates se réveilleront-ils?

C’est Jean-François Kahn qui prend sa plume pour une analyse en nuance du mouvement des Gilets jaunes en France et les débordements intolérables provoqués par les manifestations. Le danger de pilotage par les groupes extrêmes est bien présent autant que le négation des revendications légitimes d’une partie de la population qui n’accepte pas à raison l’iniquité fiscale à laquelle elle est astreinte. De la nuance et de l’analyse, voilà ce dont la politique a besoin.

Mis en ligne le 7/01/2019 à 11:15 par Jean-François Kahn Le Soir en Ligne

Gilets jaunes: quand les démocrates se réveilleront-ils?

C’est une interrogation philosophique fondamentale : jusqu’où peut aller le divorce entre les causes portées par un mouvement et la nature de ce mouvement ? En d’autres termes, une cause essentiellement juste peut-elle être portée par une dynamique de nature essentiellement perverse ?

Les exemples historiques de cette infernale dichotomie abondent. A l’origine, dans les années 50, en France, le phénomène poujadiste catalysa l’expression, sur fond de souffrances réelles ressenties par le monde des commerçants et artisans, de revendications légitimes qui restent en partie d’actualité (le triomphe humainement destructeur de l’hypermarché n’a-t-il pas contribué à la révolte des gilets jaunes ?).

Mais quand près de 50 députés poujadistes accédèrent au Parlement (en 1956) et, parmi eux, Jean-Marie Le Pen, ils se révélèrent foncièrement antirépublicains, antidémocrates et pour certains fascisants.

Lire la suite

Brexit et gilets jaunes, deux crises existentielles pour deux vieux pays

Une chronique éclairante de Pierre Haski sur les crises profondes que vivent la France et l’Angleterre, une avec la révolte des gilets jaunes, l’autre avec le Brexit. Les causes de ces crises sont assez similaires même si leurs conséquences sont fort différentes. L’impression pour les citoyens de ne pas être écoutés et d’être très éloignés de la décision peuvent être un élément d’analyse commun. A nous de réfléchir à comment intégrer cette donnée essentielle pour mettre en œuvre de nouvelles politiques.

Brexit et gilets jaunes, deux crises existentielles pour deux vieux pays
par Pierre Haski jeudi 13 décembre 2018

Ecouter la chronique

Alors que Theresa May a survécu hier à une contestation interne à son parti, le Royaume Uni tente toujours de trouver le chemin du Brexit. Au même moment, la France se trouve confrontée à la crise des gilets jaunes. Il y a plus de points communs qu’on pourrait le croire entre ces deux crises dans ces deux vieux pays.

Lire la suite

Pourquoi les femmes s’engagent-elles plus sur le terrain ?

Une question bien légitime posée dans cette chronique de Sagia Kessas sur la Première qui s’interroge sur le fait de savoir pourquoi autant de femmes au sein des gilets jaunes ? Une analyse succincte et éclairée pour mettre en évidence toutes les raisons et les mesures qui  impactent quotidiennement les femmes : travail à temps partiel, précarité des familles monoparentales, chômage, pensions… Très éclairant de cette société duale qui fragilise encore davantage les femmes. 

Pourquoi les femmes s’engagent-elles plus sur le terrain ?
La chronique de Safia Kessas, La Première 11 décembre 2018

Débat : peut-on encore gouverner à l’heure des réseaux sociaux ?

Une intéressante contribution sur le rôle des réseaux sociaux dans les mobilisations qui se créent notamment en France et sur la dangerosité de tomber dans une “démocratie” dominée par les sentiments et non plus par la raison. Elle souligne les effets pervers de l’immédiateté qu’imposent les réseaux sociaux mais aussi la primauté du “chacun pour soi” sur l’intérêt général. Et c’est ce dernier point qui m’inquiète le plus. Si derrière ce beau concept de “rassembler les gens” en les mettant en connexion, les réseaux sociaux n’étaient-ils au fond qu’une machine à s’opposer et à individualiser? 

Débat :peut-on encore gouverner à l’heure des réseaux sociaux ?

Olivier Costa, The Conversation, 7 décembre 2018

Les autorités de l’État et les élus (et pas seulement ceux de la majorité, ne nous leurrons pas) font face à une défiance d’une ampleur inédite, à laquelle il est bien difficile de trouver une réponse, tant les revendications sont à la fois hétérogènes et individualistes (une par sous-catégorie de la population), irréalistes et contradictoires (davantage de services publics, mais moins d’impôts ; plus de croissance, mais moins de concurrence ; plus de sécurité, mais moins de règles), et déconnectées d’enjeux aussi fondamentaux que le réchauffement climatique ou l’endettement du pays. 

Lire la suite

L’intelligence artificielle produit des gilets jaunes

Une opinion dérangeante de Laurent Alexandre, auteur du livre ” La guerre des intelligences”, qui met en évidence le fossé qui se creuse encore davantage entre “ceux qui savent” et “ceux qui ne savent pas” et qui ne se sentent plus représentés par personne. L’intelligence artificielle mérite des moyens suffisants au niveau budgétaire et au niveau humain pour appréhender toutes ses conséquences et pour y associer le plus grand nombre sous peine d’accentuer des fractures et d’avoir définitivement deux mondes qui ne se parlent plus et ne se comprennent plus.

OPINIONS : L’intelligence artificielle produit des gilets jaunes

Par Laurent Alexandre, publié le 27/11/2018 à 17:30 dans “L’express”

L’intelligence artificielle transforme l’organisation sociale en favorisant les élites intellectuelles et en affaiblissant le peuple.

Le géographe Christophe Guilluy décrit depuis des années les souffrances de la France périphérique. Il voit dans les gilets jaunes le signe d’une révolte de ce tiers pays qui n’intéresse pas les politiques. Il y a bien trois France : les gagnants de la nouvelle économie, calfeutrés dans les métropoles où se concentrent les entreprises liées à l’intelligence artificielle (IA), les banlieues peuplées de communautés et la France périurbaine et rurale des “petits Blancs”, qui se sont autobaptisés “gilets jaunes”.

Lire la suite

Les «gilets jaunes»: un fait révélateur d’une transition écologique injuste et tronquée?

Une carte blanche signée Félice Dassetto, sociologue qui dit tout sur ce sentiment d’injustice avec beaucoup d’acuité depuis l’augmentation du carburant mais nous savons que c’est “l’arbre qui cache la forêt”.
Ce n’est que la partie visible d’un iceberg, une machine qui fait croître de jour en jour les inégalités ressenties hier ‘acceptables” aujourd’hui comme “indécentes au regard de nombres de dispositions prises par plusieurs gouvernements ou au niveau européen.
Il rappelle aussi avec justesse” pas de transition écologique sans un accompagnement social et humain”.
A méditer dans les temps particulièrement troubles qui nous occupent.

Les «gilets jaunes»: un fait révélateur d’une transition écologique injuste et tronquée?

Mis en ligne le 20/11/2018 à 17:30 ; journal « le soir » par Felice Dassetto, sociologue, professeur émérite UCL, membre de l’académie royale de Belgique

Les prix et les taxes des carburants augmentent. Mobilisés par les réseaux sociaux, des gens – femmes et hommes – protestent. Ils et elles trouvent un symbole simple à la portée de tout le monde : des survêtements réfléchissants. Ils leur donnent une identité : les « gilets jaunes ».

La protestation s’exprime par des arguments immédiats : l’augmentation considérée inacceptable du prix d’un produit considéré vital dans la société de l’automobile : indispensable pour certains, utile pour d’autres. Ce mouvement spontané a évidemment des difficultés à se coordonner. Il risque d’être récupéré et infiltré par des mouvements d’extrême droit ou d’extrême gauche.

Lire la suite

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén