Étiquette : écologie

Les travers de l’hyper-responsabilisation écologique individuelle

Une très intéressante contribution de Violaine Wathelet, doctorante au Centre d’étude de l’opinion de l’Université de Liège sur l’hyper responsabilisation  par rapport à la crise du climat. Si chacun et chacune d’entre nous a , il est vrai, a une responsabilité et peut agir quotidiennement par de petits ou grands gestes qui peuvent améliorer l’environnement , il est aussi temps que les gros «pollueurs » soient responsabilisés pour les dégâts qu’ils causent.
Elle questionne par ailleurs comme des économistes et comme je l’ai fait dans une carte blanche il y a quelques jours, le système du capitalisme global qui ne peut être traité comme une donnée extérieure ou une variable d’ajustement à l’urgence climatique. Vouloir le réguler, lui et ses méthodes de production, ses conséquences sociales, et l’injustice fiscale qu’il produit doit faire partie intégrante du débat sur le climat.

Les travers de l’hyper-responsabilisation écologique individuelle
Publié le mercredi 09 janvier 2019 à 09h29 – Sur le journal La Libre en ligne
Une opinion de Violaine Wathelet, doctorante au Centre d’étude de l’opinion de l’Université de Liège.

Nous portons tous la responsabilité du désastre actuel et futur. Mais en mettant le curseur sur l’individu, on oublie de questionner radicalement notre système de production et l’inaction des grands groupes capitalistes.

J’ai vingt-neuf ans et voilà pourquoi je me demande si je prendrai encore l’avion”, était le premier titre de mon propos, allusion bien entendue à la contribution d’Olivier De Schutter parue ici ce 7 décembre dernier. L’auteur y livrait les raisons de son récent choix de ne plus prendre l’avion. Une contribution qui m’a donné l’envie d’en prolonger la réflexion et d’en questionner les dynamiques sous-jacentes.

De Schutter ne prendra plus l’avion

Est-ce que je prendrai encore l’avion ? Qui se posait cette question il y a quinze ans ? Certains groupes altermondialistes, quelques écolos mais, c’est sûr, elle faisait rarement irruption dans les pages des quotidiens que l’on connaît. Or, aujourd’hui, il n’est plus exceptionnel que nos comportements individuels soient interpellés au nom de l’écologie (même dans les publicités). Et les slogans, comme les injonctions sont presque toujours adressés à nos individualités. Le discours ambiant voudrait que chacun fasse sa part, que chacun porte, dans son petit bec de colibri, les trois gouttelettes nécessaires à son confort personnel de cohérence, trois gouttelettes qui vont rejoindre les trois autres de son voisin ou de sa voisine, ou les deux, et former ainsi un Canadair capable d’éteindre l’incendie qui ravage notre planète.

Lire la suite

Les «gilets jaunes»: un fait révélateur d’une transition écologique injuste et tronquée?

Une carte blanche signée Félice Dassetto, sociologue qui dit tout sur ce sentiment d’injustice avec beaucoup d’acuité depuis l’augmentation du carburant mais nous savons que c’est “l’arbre qui cache la forêt”.
Ce n’est que la partie visible d’un iceberg, une machine qui fait croître de jour en jour les inégalités ressenties hier ‘acceptables” aujourd’hui comme “indécentes au regard de nombres de dispositions prises par plusieurs gouvernements ou au niveau européen.
Il rappelle aussi avec justesse” pas de transition écologique sans un accompagnement social et humain”.
A méditer dans les temps particulièrement troubles qui nous occupent.

Les «gilets jaunes»: un fait révélateur d’une transition écologique injuste et tronquée?

Mis en ligne le 20/11/2018 à 17:30 ; journal « le soir » par Felice Dassetto, sociologue, professeur émérite UCL, membre de l’académie royale de Belgique

Les prix et les taxes des carburants augmentent. Mobilisés par les réseaux sociaux, des gens – femmes et hommes – protestent. Ils et elles trouvent un symbole simple à la portée de tout le monde : des survêtements réfléchissants. Ils leur donnent une identité : les « gilets jaunes ».

La protestation s’exprime par des arguments immédiats : l’augmentation considérée inacceptable du prix d’un produit considéré vital dans la société de l’automobile : indispensable pour certains, utile pour d’autres. Ce mouvement spontané a évidemment des difficultés à se coordonner. Il risque d’être récupéré et infiltré par des mouvements d’extrême droit ou d’extrême gauche.

Lire la suite

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén